Alors que l’enfer guète, Nabokov

Publié le 1 mai 2009

« Il me faut maintenant épier la beauté comme jusqu’alors
personne ne l’a épiée. »

Chant quatre, Feu pâle, de Nabokov

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.