Alors que l’enfer guète, Nabokov

« Il me faut maintenant épier la beauté comme jusqu’alors
personne ne l’a épiée. »

Chant quatre, Feu pâle, de Nabokov

Laisser un commentaire