Brusquement, je n’ai plus envie de raconter

Je me réveille encore, encore, encore, depuis combien de morts ? Mais rien ne change.

Qu’est-ce que j’espère gagner de cette vie ? Je voudrais… Je voudrais ce petit rire d’avant, ce rire si étrange, modulé, qui m’engage. Je voudrais… Je voudrais le voile opaque qui glisse sur l’œil de sa jouissance, ce regard de sainte en extase, qui transforme le visage, et révèle une idole, mon idole, définitive. J’en mourrais.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :