critique

Roberte etc.

Roberte etc.

J’ai lu les trois textes de Pierre Klossowski autour de sa célèbre « Roberte ». Et je me suis souvenu de ce que nous disait un prof des Beaux-Arts à l’éducation trop classique sur les dessins de « Roberte »… Il ne les aimait pas. Il s’en servait même pour nous expliquer que si on avait les moyens intellectuels Continue reading Roberte etc.

Lent travelling

Lent travelling

C’était inattendu (comme toujours). Beau plaisir de lecture, paf, pour un livre que peut-être je n’aurais pas acheté si je n’interrogeais pas, en ce moment, les liens entre photo et littérature. Pourtant, j’avais aimé deux livres de Tanguy Viel, mais lu aucun de Christian Garcin. Et je dois bien avouer une absence de passion pour Continue reading Lent travelling

La tombe d’Ozu

La tombe d’Ozu

Allez, on s’approche dangereusement du solstice d’Hiver, c’est à peine si le jour se lève, ça tombe encore autour de moi, alors pourquoi pas un billet d’humeur noir comme une tombe.  Sur facebook, encore, un ami facebook, donc, de ceux-là qui soi-disant seraient de piètre qualité, et pourtant jamais avares de partages poétiques, l’un donc, Continue reading La tombe d’Ozu

L’infinie patience des Botocudos

L’infinie patience des Botocudos

Celui-là, je sais d’où m’en vient la lecture : de David Duquerroigt sur facebook qui cite ce livre de Jean Marcenac, obscur écrivain surréaliste (obscur pour moi, évidement).  Juste ce qu’il faut hors contexte, hors tout, par ce David grand seigneur du hors-propos (la formule est de Marcenac) pour m’intriguer assez et m’inciter à trouver ce Continue reading L’infinie patience des Botocudos

Jim Tully solaire

Jim Tully solaire

Je lis Ombres d’Hommes, de Jim Tully, ironiquement édité par Lux en 2017, et suis rentré dedans au premier mot (ce qui devient rare pour moi). Et découvre là un auteur prodigieux, précurseur, dit-on, de ce hard boiled qui va impressionner et quantitativement dominer la littérature mondiale jusqu’à aujourd’hui. Mais à la lecture, ce qui Continue reading Jim Tully solaire

Énigme Virginie des Rieux

Énigme Virginie des Rieux

Dans un petit pavillon 70’ définitivement abandonné par sa propriétaire (car nous sommes tous de passage), à la sortie d’un minuscule village, une petite bibliothèque, le meuble, malmené par des années d’arrosage de plantasses surplombantes, contenant encore quelques livres défraîchis. Ceux du dessus ont largement goûté à l’eau des plantes. D’autres ont encore un peu Continue reading Énigme Virginie des Rieux

Un pas de côté tout en finesse

Un pas de côté tout en finesse

Un pas de chat sauvage… Je n’aime rien tant que l’esprit, sa vivacité, son fourmillement électrique, ses subtilités, ses violences aussi et ses fulgurances, et je l’aime d’autant qu’il me dépasse, qu’il m’épate. Épaté, je le suis souvent par mes amis, mais pas seulement. Il m’arrive aussi, bien heureusement, de l’être par quelques écrivains contemporains, Continue reading Un pas de côté tout en finesse

Les vagabonds n’ont pas perdu le goût de la chose chantée

Les vagabonds n’ont pas perdu le goût de la chose chantée

Je continue mon exploration du défunt éditeur Ludd. Alors que je ne suis pas particulièrement luddiste… mais je dois bien avouer que ces livres très bien faits, beaux papiers, cahiers cousus solides et textes de choix joliment typographiés sont vraiment très agréables à tenir, à ouvrir, à lire.  Aujourd’hui, lu un  livre fin, édition 1987, Continue reading Les vagabonds n’ont pas perdu le goût de la chose chantée

Jarmusch tue la tête

Jarmusch tue la tête

Dès les premiers plans de « The Dead Don’t Die », se sentir bien, comprendre qu’on est devant une œuvre de l’esprit, par un réalisateur, juste ça, tranquille, qui articule des plans simples avec l’évidence de l’expérience. Se détendre. Parce que le cinéma, on ne le dit pas, est un médium stressant, qui aime te brasser vulgaire, Continue reading Jarmusch tue la tête

CO2, respirer avec Marine Blandin

CO2, respirer avec Marine Blandin

Contre tous les pronostiques, le strip existe encore. Nouvelle preuve avec « CO2« , jolie compilation des strips horticoles de Marine Blandin aux éditions « Comme une orange ». Ils sont chouettes, élégants,  impeccablement mélancoliques et délicieusement cruels, comme il se doit. Et pourtant, on ne dira jamais assez comme cet art-là est difficile, l’un des plus durs, sûrement, Continue reading CO2, respirer avec Marine Blandin