critique

Un pas de côté tout en finesse

Un pas de côté tout en finesse

Un pas de chat sauvage… Je n’aime rien tant que l’esprit, sa vivacité, son fourmillement électrique, ses subtilités, ses violences aussi et ses fulgurances, et je l’aime d’autant qu’il me dépasse, qu’il m’épate. Épaté, je le suis souvent par mes amis, mais pas seulement. Il m’arrive aussi, bien heureusement, de l’être par quelques écrivains contemporains, Continue reading Un pas de côté tout en finesse

Les vagabonds n’ont pas perdu le goût de la chose chantée

Les vagabonds n’ont pas perdu le goût de la chose chantée

Je continue mon exploration du défunt éditeur Ludd. Alors que je ne suis pas particulièrement luddiste… mais je dois bien avouer que ces livres très bien faits, beaux papiers, cahiers cousus solides et textes de choix joliment typographiés sont vraiment très agréables à tenir, à ouvrir, à lire.  Aujourd’hui, lu un  livre fin, édition 1987, Continue reading Les vagabonds n’ont pas perdu le goût de la chose chantée

Jarmusch tue la tête

Jarmusch tue la tête

Dès les premiers plans de « The Dead Don’t Die », se sentir bien, comprendre qu’on est devant une œuvre de l’esprit, par un réalisateur, juste ça, tranquille, qui articule des plans simples avec l’évidence de l’expérience. Se détendre. Parce que le cinéma, on ne le dit pas, est un médium stressant, qui aime te brasser vulgaire, Continue reading Jarmusch tue la tête

CO2, respirer avec Marine Blandin

CO2, respirer avec Marine Blandin

Contre tous les pronostiques, le strip existe encore. Nouvelle preuve avec « CO2« , jolie compilation des strips horticoles de Marine Blandin aux éditions « Comme une orange ». Ils sont chouettes, élégants,  impeccablement mélancoliques et délicieusement cruels, comme il se doit. Et pourtant, on ne dira jamais assez comme cet art-là est difficile, l’un des plus durs, sûrement, Continue reading CO2, respirer avec Marine Blandin

Un petit livre jaune

Un petit livre jaune

Trône maintenant dans ma bibliothèque ce petit « Livre du crétin » de Franz Jung, écrivain allemand que m’avait chaudement recommandé Golo.  Ce petit livre jaune arbore (et c’est pas tout les jours qu’on voit une chose pareille !) une illustration d’après un bois de Kirchner. Je pense que cette couverture a été imprimée en « typo »,  avec ces Continue reading Un petit livre jaune

Le territoire Volodine

Le territoire Volodine

Le Volodine nouveau, « Frères sorcières » — toujours des titres aussi énigmatiques qu’appétants, toujours aussi sombre et violent, toujours à te laisser en suspens, au milieu de rien, au-dessus de rien — m’a encore embarqué loin, fort, puissant même, et brusquement abandonné sur le bas-côté, en rase campagne, paumé grave entre deux destins, entre deux incarnations…  Continue reading Le territoire Volodine

Nuits et matins

Hier soir, je me suis endormi dans les phrases de Volodine. J’ai vraiment cru que je continuais à lire, jusqu’à ce que, remontant à la conscience, je me découvre les yeux fermés. Quelles étaient donc ces phrases de Volodine que j’ai lu les yeux fermés ? Hier soir (la nuit du lendemain), je me suis Continue reading Nuits et matins

Dans L’explosion de la tortue

Dans L’explosion de la tortue

C’était malheureux de traiter l’Éric Chevillard de « marrant » (avec la sourde charge péjorative, désinvolture coupable). Mais en lisant le dernier, l’Explosion de la tortue, je me suis souvenu que j’étais du genre à toujours m’acharner à ouvrir les portes dans le mauvais sens alors que « c’est marqué dessus »… Donc, ce « marrant » ambigu pourrait être une Continue reading Dans L’explosion de la tortue

Elvifrance l’infernal éditeur

Elvifrance l’infernal éditeur

Un objet. Un livre. De distinction, assurément, distinguant ceux qui l’auront dans leur bibliothèque et les autres. L’évocation d’un héros français discret, l’éditeur Georges Bielec et dont pourtant je connais le nom depuis… Je me demande bien ? Quand et comment ? Est-ce ces « années de la BD » des années 80 qui commençaient à lorgner sérieux sur Continue reading Elvifrance l’infernal éditeur

Monstre Guyotat

Immense Guyotat : « Les camarades, couchés sur des tas, certains shorts ouverts pour on ne sait quelle fille volante à l’organe chaud comme un four, chauffent leurs membres recrus aux rayons déjà rouges ; par le petit vent et les couloirs végétaux, l’odeur de la mer, plus puissante ici sur le bord africain, l’énorme masse de Continue reading Monstre Guyotat

Pokot (où Spoor)

Pokot (où Spoor)

Je dis parfois que le cinéma contemporain est très largement dominé par les réalisatrices. Ce qui explique d’ailleurs que les idiots « ne trouvent plus de bons réalisateurs ». Évidemment, quand on regarde le monde avec des œillères… Bref, encore une preuve de la domination artistique du cinéma des femmes, le sublime polar écolo d’Agnieszka Holland, aussi Continue reading Pokot (où Spoor)

Les garçons sauvages, une jolie chose

Les garçons sauvages, une jolie chose

Il ne faut jamais désespérer du cinéma. Visionné « Les garçons sauvages » de Bertrand Mandico, réalisateur de court et moyen, un conte simple, bébête et mysogine — les garçons sont sauvages, les filles sont civilisées, les garçons sont violents, les filles sont douces, et à la fin, les garçons deviennent des filles qui peuvent conquérir le Continue reading Les garçons sauvages, une jolie chose

Idiotie

Je me demande toujours ce que lisent ceux qui pleurent la disparition de la littérature. Je les soupçonne… de plusieurs choses : d’avoir mauvais goût, de ne pas tourner le regard dans la bonne direction, de ne pas lire, ou même de ne pas savoir lire., ou simplement de ne pas avoir le courage d’affronter la Continue reading Idiotie