égotisme

Les arbres

En glissant le long du paysage, les arbres se perdant dans l’atmosphère fermée de l’automne, je me suis souvenu que j’avais beaucoup aimé Corot. Et je me rendais compte, enfin, que je l’aimais encore.

C’est mieux

C’est pas gagné, mais j’ai décidé, cette semaine, que la lente descente était terminé. Que les tristesses devaient arrêter de servir de caution à l’abandon, à la perte de sens, au désarmement des motivations, au laisser-aller nutritionnel qui s’installe juste là, sur le bide qui s’arrondi tranquille, content du relâchement sportif…  

Revenir à soi

Après tout, ce blog est narcissique, alors revenir à soi, trahir le rêve (l’interpréter donc) pour ne retenir que racine. Interpréter mes morts, interpréter les photographies anciennes. Se demander, vite, pourquoi j’évite d’écrire ces petites choses. J’ai lu, dans ces morts récentes, des petites choses de moi brouillée par mon narcissisme. Une. Ma grand-mère était Continue reading Revenir à soi

Temps mort

Temps mort

Je voudrais, j’aimerais, juste, un peu, que vous arrêtiez de mourir autour de moi. Ce matin, la cérémonie, c’était pour Marcelle, cousine et prof d’histoire géo, la première qui m’a emmené dans un théâtre parisien (me souviens de presque rien, ni du nom du théâtre, ni de la pièce, juste qu’il y avait « des acteurs Continue reading Temps mort

Libre ?

Pendant que j’écris le brouillon d’un article, le bourdon se réveille. Il s’est reposé, et ragaillardi, tente de nouveau de s’échapper. Sauf qu’il répète, répète encore les mêmes erreurs, enfermé par la limite de ses perceptions, incapable de comprendre à quoi il se heurte. Le voyant glisser sur la vitre, en rond, je m’énerve enfin, Continue reading Libre ?

Reboot

Ce matin, il pleut et l’air pue. Derrière la bruine, un fond de moiteur reste des jours torrides. Ce week-end fut étrange, silencieux, très interne. Fonctionnement automatique, mais inexorables processus mentaux. Ces étranges reboots sont peut-être ce qui marque le plus ma personnalité. On efface, on oublie et on repart à zéro. Je ne dis pas Continue reading Reboot

Décimation

Décimation

Je porte ce billet depuis quelque temps. Me demandant quand je l’écrirais. Alors pourquoi pas à l’heure la plus chaude de cette chaude journée ? Lorsque l’après-midi décline, que la terre et les bétons des bâtiments rendent la chaleur forcée des rayons brûlants. Cette heure étouffante avant un rafraîchissement qu’on attend pour revivre. Pourquoi pas ? Quatre Continue reading Décimation

proemio

Luxe, calme et volupté (sans fric) Quelle audace ! Qu’il est audacieux, cet entêtement à se consacrer à l’esthétisation de son monde proche quand le reste va à l’abîme ! Qu’il est audacieux de ne pas avoir besoin d’argent pour ça ! Quelle audace ! Oui, on a le droit de se moquer du monde. Fait-il quoi que ce soit Continue reading proemio

calme

Ça s’écharpe sur mon mur facebook. Je m’en sens partiellement responsable, car j’ai provoqué par une réflexion qui me contredit, ou plutôt qui relâche un peu mon niveau d’attention, pour être « comme tout le monde », et balancer mon humeur de l’heure. Hum… Ça ne me revient jamais. C’est comme quand je balance l’une de ces Continue reading calme

ambition

Mon ambition n’est pas sociale. Je sais, c’est un crime. Oui, voilà, j’avoue, mon ambition n’est pas sociale. Mais cela veut-il obligatoirement dire que je n’ai d’autre ambition que narcissique ? Hum… en partie, oui, mais dans le cadre d’une mystique de l’esthétique qui transcende cette ambition narcissique…

La guerre de Käthi

La guerre de Käthi

Toute photographie est un sphinx. Devant une photographie non informée, nous sommes désemparé, ne sachant quelle relation établir avec ce morceau de papier inerte. Cet été malheureux, Je fouille, brasse et trie une masse de photographies anciennes. La seule chose que je sais, c’est qu’elles appartenaient à mes grand-parents paternels, et que si ces clichés Continue reading La guerre de Käthi

La guerre de Ludwig

La guerre de Ludwig

Donc, Ludwig habitait le Reichsland Elsaß-Lothringen. Pendant la Première Guerre mondiale, il était allemand. On me racontait qu’il avait été blessé (au centre sur la photo de groupe d’un hôpital militaire de Sarrebruck), qu’il avait « failli perdre une jambe », ce qui ne se voit pas, qu’il serait « rentré à pied sans prévenir », s’appuyant sur un bâton, et Continue reading La guerre de Ludwig

Marie Madeleine

Marie Madeleine

J’ai croisé Marie Madeleine dans mes premières années. Elle était une petite vieille fripée et gentille, apparemment. Elle avait traversé le siècle et deux guerres. Hier, ma mère qui l’a un peu plus connue que moi : «Elle était d’une grande (au sens large) famille… Merchel… Merfeld ! Ils avaient des métiers itinérants…» «Des gitans Continue reading Marie Madeleine

Intermède photo

Intermède photo

  Voilà donc les parents de ma grand-mère : Maria Magdalena Kuntz, née Merfeld, et Ludwig Kuntz… Mais… « Mais, me dit-on, il s’appelait Louis ! ». Oui, Ludwig donc, Ludwig/Louis, qui savait bien l’arbitraire des frontières, puisque l’une dansait autour de lui, un coup à gauche, un coup à droite, et qu’il voyageait transnational sans bouger d’un pouce. Continue reading Intermède photo

Chrono

Le ciel, ce soir, est peint de bleu et rose pâle à grand coup de brosse large, calme et kitch. La nuit va se poser, doucement mais lourdement. Les traînés rose et bleu accrochent les dernières lueurs, têtues. Le sol s’assombrit, les masses des arbres s’enfoncent dans le sol, les couleurs se salissent. Les guirlandes Continue reading Chrono