La censure se mort la queue

Grâce à Laurent Lolmède (prodigieux dessinateur contemporain) et Maël Rannou, qui partage ça sur facebook, je découvre une couverture des Cahiers du cinéma dessinée par Willem (que j’aime tant) ! Mais ce dessin, étonnement peu stylé  « Willem », est surtout le protagoniste d’une petite fable ironique. Il devait innocemment illustrer ce Nº 262-263 de janvier 1976 sur la censure cinématographique, ce qu’il illustre malicieusement par métonymie… Mais voilà, lorsque les Cahiers du cinéma voulurent prendre un encart publicitaire dans le journal Le Monde, ce dernier ayant peur de choquer ses pauvres lecteurs, le refusa tel que ! Le dessin illustrant la censure fût donc censuré, et Charlot s’en mort encore la queue !  S’inclinant, Willem inscrivit sur le dessin sa lecture de ce micro événement, et cette lecture s’avère aujourd’hui prophétique : dans les pays dits démocratiques, la censure d’État a été largement remplacée par la censure de petits commerçants à la morale obtuse…

Laisser un commentaire