Changer d’humeur. Accepter la lumière

Le cap, c’était hier soir. Le fameux syndrome du dimanche soir. Je l’ai senti, dans un coin, ce moment où l’ancienne normalité allait mourir devant l’inéluctable nouvelle réalité. Les deux jours de la semaine dernière ne comptaient pas. Comme des vacances. C’est maintenant. C’est maintenant que c’est vraiment nouveau, avec une semaine neuve qui ne commence plus, plus pareil, qui s’ouvre dans la lumière de ce printemps si tardif.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.