Chéri je t’aime, une monographie d’Anne van der Linden

Publié le 25 juin 2011

Il y a quelque chose d’archaïque dans l’imaginaire de la peintre Anne van der Linden. Et pourtant, elle participe de cette actualité massive que j’appelle souvent « Baroque post-punk », et qui passe en grande partie sous le radar des instances académiques alors même que c’est un mouvement majeur et parfaitement mondial du début du XXIe siècle (même si la chose débute au XXe siècle). Ce mouvement esthétique est pourtant là, partout, solide, et représenté par un nombre incroyable d’artistes visuels et par un nombre presque tout aussi conséquent de revues. Anne van der Linden participe donc d’un mouvement important par la richesse de sa production visuelle. Un mouvement qui exècre le puritanisme, le bon goût bourgeois, ses euphémismes et sa sobriété… Mais dans ce cadre très large, Anne van der Linden est une archaïque, brassant d’une liberté contemporaine un univers de magie noire médiévale entre tarographie et subversion punk. Son trait rêche, vigoureux et rustique déroule un imagier sexuel, très sadien, mêlant corps humains et bêtes dans des sabbats cryptiques. Édité par l’Atelier de bibliophilie populaire en janvier 2011, cette monographie présente 28 dessins récents au trait sérigraphiés sur un superbe papier (selon tirage), chaque page imprimée sur une feuille pliée imprimée sur une seule face, plus deux dessins pour la couverture. L’aspect bibliophilique de l’intérieur contraste avec l’audace de la couverture imprimée en deux couleurs, argentée et noire, sur un carton « faux bois » du plus pur kitch. 

http://www.annevanderlinden.net/fr/editions/view/725/cheri-je-t-aime?of=0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.