Dans la tempête

Cet article est référencé dans : fatrasie, littérature, mélancolie

Je ne suis rien d’autre qu’un genre mal formé d’Œdipa Mass, guettant les coïncidences pour en faire des canevas. La superstition est surement le mouvement le plus fort, le plus irrépressible de l’esprit. Les petites choses qui carambolent chaque jour construisent le récit autoritaire. Contre vent démolisseur et marée broyeuse, l’esprit rapproche, assemble, fusionne et détermine, construisant dans la mémoire un squelette d’une fiction endeuillée.

Nous sommes tous des lecteurs instinctifs du monde. Le cerveau ne résiste jamais à un réflexe narratif.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :