dé-érotisation

La volonté si vertueuse de D.H. Lawrence de toujours choquer la « spiritualité sociale castrée des gens ».

Nous discutions avec Fabrice de la dé-érotisation juridiquement forcée de l’espace public, dont l’ignoble « droit à l’image » n’est qu’un instrument. De la barbarie de ce mouvement mondial. De son essence totalitaire. De la complicité tacite de chacun, chacun y trouvant l’espace d’expression idéal de son narcissisme le plus maladif, le plus restreint, le plus chétif, le plus suintant de toutes ses honteuses complaisances intimes.

Le corps dé-érotisé est un corps débile, un corps sans lien, un corps dé-lié qui ne sert plus qu’à emballer, empeser, isoler un être stérile…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.