Elle se nommait Marie-Florentine

Ce que Philippe a inscrit en conclusion de son message si désolant :

“Jeunes gens beaux et brillants, s’il vous plait, tuez-vous moins. Le monde appartient déjà suffisamment comme ça aux hideux imbéciles.”

 

[Michèle me signale que le message venait de Laurent, et pas de Philippe… Je pense qu’ils ont écrit tous les deux, et très troublé, j’ai mélangé…]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :