Et pourtant, je marche

Des abîmes s’ouvrent derrière moi, à chacun de mes pas. Ça s’appelle le temps, je crois.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.