Garde-Robe, de Céline Guichard

Tetra éditions se spécialise dans la publication de livres d’images réalisés en gravure sur Tetrapack, technique subtile et paradoxale, puisque le procédé de la gravure, inventé pour réaliser des multiples, ne peut, dans cette matière mole du plastique des bricks, que produire un ou deux, voire trois exemplaires de l’image. C’est une forme ironique de négation de la finalité de l’invention de l’impression ne gardant que l’esthétique postmoderne si particulière de la gravure. 

Et donc, « Garde-Robe », un livre d’images gravées de Céline Guichard, collection de, comme le dit l’éditeur :  « Vêtements baroques, fantasmés, des costumes extravagants, géométriques, des tenues de camouflage, des combinaisons d’os, un poncho de bras, une robe maison… »

Quand on connaît le travail de Céline Guichard, ce livre est étrange. En général, elle se concentre sur un personnage, un personnage à accessoires artificiels ou biologiques, mais un personnage. Ici, ne reste du personnage que ses vêtements, comme une intrigante chrysalide d’un être hybride comme elle sait en inventer, mais qu’on aura bien du mal à identifier. Ce petit livre poétique et beau est la garde-robe d’une théorie de monstres coquets, aux tenues travaillées et élégantes, qui résonnent aussi modestement que malicieusement avec l’Histoire de l’Art.

(Au passage, elle arrive quand même à sexuer ces petits vêtements. Et ce n’est pas anodin)

http://cargocollective.com/tetraeditions/Garde-Robe-Celine-Guichard

One comment

Laisser un commentaire