Hier demain

Hier était une fin du monde. Est-ce l’âge qui fait qu’au lieu de sombrer, je me relance vers autre chose où la même chose renouvelée ? Je ne sais pas. Je sens que je pourrais me laisser aller au désespoir, mais bah, plutôt foncer et construire (re-construire) avec entêtement et acharnement. Que pouvons-nous faire d’autre contre l’érosion de tout ?

Laisser un commentaire