Inquiétude

Cet article est référencé dans : écritures, égotisme, poésie

Je m’interroge parfois, car j’aimerais savoir pourquoi je ne peux inscrire la joie. Je m’interroge parfois, une seconde. Je me demande ce qu’est cette sourde inquiétude qui ne me quitte pas, cette inquiétude que je sais pourtant parfaitement inutile, ou plutôt vide. Une inquiétude vide, une inquiétude qui n’annonce aucune catastrophe, qui n’est le pressentiment de rien. Il semble même, que par une perversion du sentiment, les catastrophes me soient joyeuses, toujours, et que l’inquiétude ne s’accroche qu’au vide, qu’au quotidien, qu’à la normalité des heures qui n’attendent rien. Une éruption volcanique, ou une grande vague dévastatrice seront toujours bienvenues, alors que ce grand air vide qui comble mon paysage me mine…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :