Le début, la fin

Cet article est référencé dans : égotisme, mélancolie, poésie

Je ne pourrais pas écrire maintenant. À chaque effort de concentration, la tristesse vrille les os de mon crâne.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :