Lui

Ha petite surprise ! Retrouve le portrait d’un compagnon de service brossé sur un sous-main dans une cave de la caserne… Compagnons que j’ai retrouvé sur facebook il y a quelques temps ! Ou plutôt, c’est lui qui m’a retrouvé. J’avais un grand souvenir de lui. Il chantait « L’aigle noir » à tue-tête avant qu’on s’endorme, dans la chambrée, et il traumatisait les sous-officiers (qui le persécutaient, en l’humiliant sur son physique). Sa vengeance était celle-ci, puisque ces sous-offs étaient particulièrement évolués, il s’approchait d’eux, et glissait dans leur oreille « Et la mort… Tu y penses à la mort ? », ce qui avait le don de décontenancer ces gens qui en générale évitent scrupuleusement de penser à la finalité de leur « cœur de métier ». Ce type était si étrange, très simple par certain côté, et il nous racontait comment son père bucheron le battait, disait « voler des autoradios, mais qu’aux voitures de riche » le week-end, et pourtant lisait de la poésie, chantait donc Barbara à tout bout de champ, et puis… était très attachant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.