Marie Shelley

Je lisais le fantastique du XIXe en long et en large. J’avais un goût pour ces textes-là.  J’aimais imaginer Marie Shelley, en villégiature sur les bords du Lac Léman avec Lord Byron, égayant leurs longues et ennuyeuses soirées en tentant de s’effrayer. Et un soir, cette invention géniale, fulgurance, du monstre composite, parcelles de chairs mortes, auxquelles un influx neuf vient offrir cohérence et vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.