ne pas parler d’hier

Effondrement.

Combien de fois devrais-je me relever ?

Cet îlot de légèreté, utopie qui n’advient que clandestin, qu’on ne perçoit que passé.

Et ces jours noirs (instants noirs, de la chose qui t’échappe et se brise, effaçant des années de travail).

Inattendu. La perte, l’humiliation d’avoir cru pouvoir retenir le sable entre ses doigts.

Le sourire, au dessus de l’acide en éruption.

Remise à plat (était-ce plat ?), remise en question (y avait-il une question ?)

Non, repartir à rien, avant le premier pas maladroit. Encore.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :