Nina Simone derrière

Tout ça est relativement drôle. Vu de l’extérieur, je suis relativement drôle. Je ne sais pas pourquoi je ne prends pas ma propre vie très au sérieux.

Ce soir, un sourire. Ouf !

Je suis dingue, mais sans réfléchir, sans y penser, je me suis regardé ouvrir un nouveau blog, alors que je viens d’en fermer trois. Un tumblr. Je crois que ce sera le 2e tumblr anonyme. Pourtant, l’intuition après laquelle je cours ne s’est pas encore incarnée en idée précise. Mais non, c’est autre chose. Le titre est venu, simple, et l’évidence, alors j’ai regardé mes doigts faire ça, ouvrir ce blog, choisir le thème, et l’évidence, devant ce nouveau lieu. Je laisse faire. Que puis-je faire d’autre ?

Le titre est vraiment très beau. Ce titre appelle l’écriture, l’écriture déliée, littéraire, le romanesque et la liberté, mais aussi le sentiment le plus tragique, le plus commun, le plus douloureux peut-être. Quel texte va s’y dérouler ? Ce ne sera pas le sexe, comme sur les deux « planqués » (dont un a disparu aujourd’hui. C’est fragile, ces bestioles), ce sera autre chose. Je le sens, je suis ça à l’odeur, je sens cette piste toute fraiche. Merveille. Le retour de mon instinct, c’est un sacré cadeau.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :