Libéral

Libéral

L’état du monde m’a toujours inquiété. Aussi loin que je me souvienne, je regardais cette immense machine avec perplexité. J’ai très vite compris que mon esprit serait plus apte à l’appréhension philosophique et scientifique qu’à l’analyse économique ou sociétale, prismes qui m’ont toujours provoqué une répulsion naturelle.

Il faudra ce qu’on Lire la suite

Obscénité médiatique

Obscénité médiatique

37 843 200 enfants sont morts de faim dans l’indifférence absolue pendant les 6 ans de villégiature médiatique de la [très riche] madone colombienne.

Juste un petit calcul à partir des chiffres de l’UNESCO.

Ne sers à rien, sinon à s’interroger sur la teneur réelle de ce qui fait pleurer mes compatriotes.

L’humain n’a jamais accès au réel, sinon à travers cet étrange prisme du Lire la suite

Drôle de période

Drôle de période

Encore. Serait-ce une transition ?

J’avais déjà réécrit mon CV en 2005, juste avant la dépression. Aujourd’hui, ce CV a bien changé, de manière absolument inattendue. Même s’il dévoile encore un parcours atypique, c’est comme ça qu’on dit, une parabole extravagante, il a maintenant une certaine beauté.

Je lis les offres d’emploi de cadre, en ciblant « culturel » et je tombe Lire la suite

21, l’été d’un coup

21, l’été d’un coup

Je lui dis : « tu ne trouves pas que c’est un paradoxe du temps ? Non ? Que la musique soit bonne toute l’année sauf le 21 juin ? »

Elle me répond : « parfois… Tu es particulièrement réac, non ? »

Je réponds, « je ne sais pas trop, juste que l’idée m’amuse, et quand ça m’amuse, je ne résiste pas à une idée, même niaise ».

Un tour de ville, pour voir ce qui se Lire la suite

Vendredi

Vendredi

Plusieurs fois, mon employeur me voyant malheureux a tenté de « m’arranger », sans comprendre qu’il ne peut faire autre chose que d’user de moi, et donc, littéralement,« m’user ».

Le livre est gratuit

Cette affirmation péremptoire semble sûrement insensée, et pourtant ! Le nombre de livres que j’ai lu dans ma vie est infiniment supérieur au nombre de livre que j’ai acheté, et ceci, même si je n’ai pourtant pas lu tous les livres que j’ai achetés. Et ce simple fait semble également vrai pour nombre de personnes autour de moi. On peut Lire la suite

Teeth, les dents du vagin

Teeth, les dents du vagin

Teeth est un petit film de genre parfaitement jubilatoire. Un petit film en apparence très commun, appartenant à ce genre du teen movie standardisé à laquelle l’Amérique nous a trop habituée, si habituée qu’on y est comme chez nous et qu’on s’y ennuie beaucoup. Une fois noté pour l’anecdote que le réalisateur porte un nom célèbre, Lire la suite

Le Muscle Carabine état second

Le Muscle Carabine état second

Le muscle carabine est un superbe graphzine géant, format 30X40, sur papier fort, qui présente plein pot les dessins ou peintures d’obsessionnels contemporains. C’est United Dead Artists, le truc de Blanquet, qui est l’autre éditeur français (avec Le Dernier Cri) de l’amical des obsessionnels mondiaux. La couverture de ce N° 2 est de Daisuke Lire la suite

6 milliards de problèmes, aucune solution

6 milliards de problèmes, aucune solution

Je me suis souvent trompé en parlant de l’homme comme d’un animal social… Les animaux sociaux ont la particularité d’avoir une intelligence collective qui dépasse largement leur intelligence individuelle… Ce qui est l’exact contraire de l’espèce humaine qui a cette charmante particularité de faire preuve d’une incommensurable bêtise collective !

Homme-tomate et femme serpent…

Ha joies du réseau ! Ou plutôt, ho joie de Google image !

Je découvre l’autre jour une image d’un amateur de latex qui s’est transformé en tomate géante…

J’ai eu un moment de flottement… Se transformer en bulle rouge de latex… comme perdue dans une matrice artificielle… pourquoi ? Et pour quelle sensation ? Pour l’esthétisme Lire la suite

Darien / Vidocq Gentlemen

Darien / Vidocq Gentlemen

Lorsque j’ai lu “Le voleur” de Darien, ce texte si intrigant qu’il fait encore jaser sur la véritable vie de son auteur, je me suis dit que je lisais là le lieu d’avènement d’Arsène Lupin, le “Gentleman cambrioleur” de Maurice Leblanc. Les dates de parutions des livres des deux auteurs, si proches, pouvant entériner cette thèse. Je me suis dit Lire la suite

Le malheur

Le malheur

L’homme meurt en masse. Est-il victime innocente ou responsable de son propre malheur ? Voilà comment on peut se poser une question imbécile. Aujourd’hui, l’homme meurt en masse, mais l’homme n’existe pas. Certains hommes, oui, certains, ça « ça existe », ces certains-là sont responsables, mais le plus grand malheur, c’est que ces certains-là ne sont pas ceux qui meurent en Lire la suite

Nostalgie Zabime

Nostalgie Zabime

Je me suis rendu compte, en écrivant mes maigres souvenir d’Aimé Césaire, que j’empruntais la nostalgie à une œuvre autre, une bande dessinée, d’un auteur virtuose, poète éphémère mort trop vite. Les émanation de cette autre œuvre s’infiltraient, venant parasiter mes souvenirs, et pire, se substituer à l’enfance inconnue d’Aimé Lire la suite

Condition

Condition

Quelle question
Tenir ou ne pas
Âme morte
L’être en question
Du temps sûrement
L’essence déshabillée
Que nous reste-t-il ?

Effiloche
Exaspère
Vide aigre
Détruire
Enfin

Quelle joie
Délivre
Chiale
Joie dure

Aimé brûlant, relire Césaire

Aimé brûlant, relire Césaire

Un jour,

j’ai croisé la silhouette d’Aimé Césaire ; il passait devant moi, à me toucher, vieil homme courbé, écrasé par le deuil qui le frappait, par une de ces aigreurs nostalgiques du fond de l’estomac. J’ai pensé que cette pesanteur tremblante était celle de la vieillesse.

Je le croyais alors mourant, si vieux, si frêle, et je n’ai jamais vraiment Lire la suite

Dan Flavin et Kelly Rowland

Dan Flavin et Kelly Rowland

Le hasard, j’vous jure ! Alors qu’enfin je trouve le courage d’ouvrir ce site prévu depuis des lustres [1], je passe devant la TV et je vois quoi ? Un clip qui abuse éhontément d’une des stars de l’art des années 70. Le réflexe, c’est… fait exprès ? Ils l’ont fait bosser ? Capable ! Aujourd’hui, hein, tout est possible. Et tout arrive cette année, même Santana qui gratte dans une pub pour un grand magasin, alors tout est possible… Je demande : c’est qui la starlette (j’ai peut-être dit « pouf ») qui se trémousse ? “Kelly quékchose, Kelly Rowland… » Je tape ça dans la gueule de Google, et je trouve quelques Blogs qui notent la référence évidente à Dan Flavin, dans un clip de Kelly Rowlan… et c’est tout, rien. Pas de Dan Flavin crédité, pas une réflexion, rien. Calme plat.

Et Jean-Pierre Raynaud réinventait le pot

Et Jean-Pierre Raynaud réinventait le pot

« Je ne désirerais alors que me réduire en pot, sans terre ni fleurs, en lame de bêche : enfant déjà, je fixe les objets inanimés, non sensibles, et j’envie leur état : pierres, pièces de moteur, mots même, abstraits, de philosophie surtout. »
Pierre Guyotat, COMA, Folio, page 89.

Le pot de fleurs pourrait être le symbole de ce blog. En effet, voilà un objet si trivial qu’il en est invisible, au point même qu’il existe un autre objet qui sert à l’occulter, le cache-pot, preuve tangible du mépris esthétique pour cette pauvre forme standardisée. En effet, le commun lui reproche la simplicité même de sa silhouette, qui fait de ce cône percé une « utilité pure ». Et l’utilité pure, c’est sale.

Et pourtant, je marche

Et pourtant, je marche

Des abîmes s’ouvrent derrière moi, à chacun de mes pas. Ça s’appelle le temps, je crois.

Arriverais-je à

Arriverais-je à

Bien obligé d’accepter ce qui disparaît, comme ce texte, que je commençais enfin… Avant que le logiciel ne disparaisse dans les limbes numériques. Ça arrive jamais. C’est pour ça que c’est traumatisant. On s’y ferait, sinon… Mais voilà, comme une malédiction. Mais tenais-je tant que ça a ce bout de texte ? J’avais enfin commencé à raconter notre Lire la suite

Le début, la fin

Le début, la fin

Je ne pourrais pas écrire maintenant. À chaque effort de concentration, la tristesse vrille les os de mon crâne.