Les raisons de mon crime, roman

Je crois que si les critiques ne trouvent pas d’estomac à la littérature, c’est qu’ils ne lisent pas les bons livres. Et moins spontanément les filles que les mecs, faut pas se leurrer sur ce monde là aussi. Et c’est tant pis pour eux. Céline me dit « ha, tu peux lire ce livre, j’ai vraiment beaucoup aimé ». Et comme j’ai totale confiance en son expertise, je m’y penche. Et c’est tant mieux pour moi. « Les raisons de mon crime » de Nathalie kuperman n’est pas seulement un beau titre, c’est aussi un très beau texte, avec de l’estomac. Avec, en particulier, tous les organes nécessaires à l’organisme pour assimiler l’alcool… Mais c’est aussi un texte très pertinent, qui tritouille du doigt dans des douleurs sociales très contemporaines, avec un mélange de tragique et de jubilation qui donne une force rare à ce portait complexe, d’une narratrice qui parfois se confond, se fond, empathique, avec ces figures familiales incroyables qu’elle brosse à coup de phrases courtes, nerveuses, fébriles parfois, mais toujours enlevées ! Et puis, central, majeur, majestueux, ce portait émouvant et drôle de sa cousine trashouille, vrai personnage burlesque, et c’est aussi les réalisateurs qui ont bien tords de ne pas passer par là, car il y a des scènes d’anthologie, dans ce livre, d’anthologie !

One comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.