Sur l’autre rive

à l’horizon se perdait la terre. Des eaux sans fin, tumultueuses, sombres, ombre des peurs.

De cette trouille des profondeurs, du dessous sans prise, des pertes, des dangers cachés.

De l’autre bord du corps.

Du froid qui mord.

Des engourdissements.

Du revers de la surface.

Des symétries verticales.

De toutes les pertes.

À  l’horizon se perdait la rive. L’ancienne. La vieille. L’usée. Le souvenir.

Tendre les doigts, espérer l’autre rive. Une autre rive. Un autre bord. Un espoir.

Où mourir au centre, au milieu, à l’exacte au dessus de l’abîme.

Ou tendre les doigts, espérerez et trouver.

J’ai trouvé la rive, l’autre.

L’autre.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.