Tout s’éclaire

C’était donc ça !  Il fallait ouvrir celui-ci. J’avais déjà remarqué comme le titre était important, programmatique, et qu’il ne fallait pas négliger son influence sur la suite. Là, c’est comme la vanne qui s’ouvre. Tout coule, trop peut-être. Et plus encore, c’est le passé qui s’articule, les vieux projets jamais satisfaisants qui vont venir se fondre ici, sans autre ordre que celui de mon bon plaisir. Oui, les choses sont claires.  Je vais chercher à savoir pourquoi, pourquoi mon regard érotise le monde. Pourquoi j’en tire une jouissance esthétique sans pareille ? Pourquoi j’ai cette impression de vivre parfois un long trip psyché, que je glisse fun là ou les autres s’écorchent les genoux. Pourquoi je jouis d’une engueulade, si elle a les qualités qu’il faut ? Pourquoi à tout moment, le plaisir peut venir enduire mes conduits internes d’un baume sucré ? Pourquoi ma peau ?

Je vais chercher à comprendre. Oui, je vais ressasser des choses déjà traversées. En commençant par l’anecdote, de ma mère si honteuse qu’on lui rapporte son gnome de 3 ans qui regarde sous les jupes des mannequins du grand magasin. Je te le dis, moi petit, je te le dis, il n’y avait rien à voir. Pas plus que sur une Barbie. Je sais, tu es déçu. Mais ta vie sera un long chapelet de déception. Prépare-toi. Déceptif, l’autre nom de la vie. Alors, oui, jouis, prends, regarde sous les jupes des mannequins, regarde toutes ces grandes et tombe amoureux. Ha oui, j’étais amoureux des femmes. Je me souviens de toutes ces femmes dont je suis tombé amoureux, enfant. Vraiment amoureux. Je crois que j’avais un gout pour les trentenaires, elles étaient mariées, elles avaient des enfants, souvent beaucoup plus vieux que moi. Je me souviens, dans les grandes fêtes familiales, comment je me perdais à les regarder danser, leurs bras, leurs épaules, leurs chevilles, leurs masses souvent un peu lourde, la transpiration… Une aspiration. Aussi loin que j’ai des souvenirs, aussi loin, je suis tombé amoureux de ces femmes,  le temps d’un après-midi ou de la soirée d’un mariage, avec certaines que j’espérais particulièrement revoir… Et aussi loin que je m’en souvienne, je n’avais jamais formulé ça. Encore un effet du titre.

%d blogueurs aiment cette page :