Une génération

Cet article est référencé dans : égotisme, mélancolie

Une génération effacée. Elle était la dernière, indestructible. Il me reste la chose étrange qu’elle m’a faite à la mort de son mari. Une chose qui n’appartient qu’à moi.

Laissons les autres à leurs erreurs, leurs petites peurs, et regardons l’infinie solitude en face.

La beauté est à ce prix. La solitude absolue de l’être. Pour des inséparables, c’est ballot ! Oisillons ballottés par la guerre, mais solides, solides, taillés dans une roche ancienne. Comme ces amis d’un pays en trouble, d’un pays en guerre avec lui même, qui rient des bêtises pourtant très lourdement conséquentes de tout ce qui porte un uniforme.

Elle n’était pas méchante, elle était dure. Ce qui ne change rien pour un enfant. Mais elle avait quelque chose dont on a hérité : L’insoumission.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :