Des mots pour les images de Romantic Iphone

David Duquerroigt (son blog : 1, place Salvador Dali) m’a fait un incroyable cadeau aujourd’hui : écrire sur Romantic Iphone, mon autofiction photographique. Et il m’a envoyé son texte pour diffusion. Alors comme je suis hyper fier d’avoir bien involontairement provoqué de belles phrases, je les publie immodestement  ici  :

 

Rien ne vaudrait le plaisir d’y être ou d’y avoir été parmi les auteurs de BD, en vie vraie, mais voilà, je n’y étais pas. Qu’à cela ne tienne, même une fois ces instants passés, moi qui n’y étais pas, je les vois, peut-être encore mieux. Première entrée, naïvement : par effraction en quelque sorte. Maintenant, quand je regarde, j’y suis. Je suis même dans l’intime de ces rencontres, conversations, regards, connivences, réflexions, rires. J’y suis caméra à l’épaule comme si je filmais, dans ces images fixes qui bougent par la profondeur des contrastes ludiques, des plans qui multiplient les scènes successives ou juxtaposées.

Parfois le smartphone m’envoie aussi des environnements de cette vie qui n’est pas circonscrite aux seul cercle des auteurs de BD. Des rues, des ciels, des bouts de paysages, des reflets dans la vitre, des piques-niques dans l’herbe, bref toute une panoplie du photographe, parcourue ironiquement, poétiquement, et oui car j’étais là aussi, mon œil ancré dans ce réel qui remonte à mon enfance et constitue ma vie de tous les jours, mon cadre, ma ville, mes entours de gentils ou inquiétants urbanistes. Tout cela au travers de ces images qui ne sont pas miennes, je peux me l’approprier.

Alors apparaît par la grâce du téléphone intelligent – mais où est-elle en fait cette intelligence si manifeste  ici ? devant, derrière, dedans ? hors de la boîte, dans l’œil, dans la main ? – un monde rêvé, un monde idéal, un monde vécu pourtant, bien réel. Festif et réflexif. Ce qui me frappe, moi qui ne connais pas ces gens, ces dessinateurs, ces auteurs, ni . . .  ou si peu, le photographe, l’auteur des photographies, Alain François, c’est qu ‘au travers de ce jeu en miroir et en abyme, quelquefois apparaissent et même en grand, par surprise, au détour des pages, des planches qu’ils peaufinent, signent, dédicacent, accrochent, leur air si naturel, si peu figé, si peu « attention faiseurs d’images, clic clac vous êtes fixés sur l’image à jamais », leur air de ne pas prendre au sérieux cette volonté qu’ils ont, c’est manifeste, pourtant, d’essayer de comprendre tout cela sans être dupes et de l’imaginer, préventivement, de le fixer en images dans leur tête, avant même de le dessiner, déjà, sans parler de la vie future qui nous attend peut-être et en tout cas de ces photos qu’on fait d’eux et qui auront elles aussi une autre vie.

hobleinDeuxième entrée archéologico-télescopique : par ce tableau carré, « Les Ambassadeurs » un des premiers (1533) presque carré, 2 mètres sur 2, peint par Holbein inventeur d’un espace inquiétant. Retour très en arrière apparemment incongru. Tous les pouvoirs et savoirs y sont incarnés et symbolisés par deux hauts personnages représentés glorieux, raides et figés devant instruments, globes et livres. Tout a été dit du crâne en anamorphose qui troue le sol à leurs pieds et précipite au néant ces ambassadeurs d’apparat. Pourquoi parler de ça ici ? Je me moque ? Non ! Point du tout, cela me touche me renverse et me bouscule en évidence.

Car, précisément, le travail d’Alain François c’est exactement le contraire. Un renversement interne de l’image archaïque. Non seulement dans l’être apparent de ses protagonistes, mais dans ce qu’Alain François nous en révèle par son regard. Ce qui s’avance vers moi quand je fais défiler cette post-modernité à peine déchiffrée, ces photos prises au bout des doigts et balancées sur Tumblr, ce n’est pas le contraste de deux plans irréconciliables dont l’un, tragique, serait visible seulement de biais (l’anamorphose du crâne fameux) c’est leur jonction, leur danse de vie. La galerie d’images numériques pourrait très bien décliner encore, même en iPhone, en noir et blanc, en petit format carré, un discours métaphysique terrifiant cédant aux angoisses et au baroque lugubre de notre temps. Tout au contraire, ce qui se montre à moi dans l’harmonie de la belle lumière, est à la fois d’un seul tenant, légèreté et intranquillité. Subtile et mobile élégance portée par ces auteurs eux-mêmes porteurs d’un monde inimaginable aux harmonies fulgurantes ou dissonantes qu’ils sont seuls à entrevoir et qu’ils nous donneront, qu’ils nous donnent déjà à voir.

balthus6-3-d5864Troisième entrée  par Balthus : « La Rue » (1933) et « Le passage du Commerce Saint André » (1954). L’ « inquiétante étrangeté » ou le chaos qu’on a pu déceler dans ces deux tableaux, surtout le premier. Quelle incompréhension ! Oui, les personnages semblent se croiser sans se voir parfois dans des univers qui leurs sont propres. Et Balthus là où certains ne voient qu’un tableau raté a su manifester l’attrait caché du réel entrecroisé de ces vecteurs multiples. Comme ici dans ce monde enchanté des auteurs de BD.

David Duquerroigt.

One comment

Laisser un commentaire