du sable et des scorpions

J’habite dans le désert.

Parfois, je m’éboue, et je racle ma gorge avant de jeter un râle un peu ridicule en guise de cri.

J’écoute l’écho minable qui va sonder le vide. Personne.

J’habite dans le désert. Je goûte la confirmation et je pleurniche.

Je le savais, mais j’aime me faire mal.

Au moins, personne ne me voit aussi ridicule.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :