Dumb Owl

IMG_2767Hier, j’ai acheté « Dumb Owl », un petit livre de BD de Joseph Callioni édité chez un microéditeur : « Anathème ». Ce n’est pas son dernier. « Dumb Owl » est de 2009. Mais je n’avais pas eu l’occasion de le lire. Alors voilà, hier… Hier ? Mec, sur le web, ça veut rien dire ! Tu as passé ta vie à former des gens en leur expliquant qu’il fallait dater et contextualiser ! (Si le site ne s’en charge pas).

OK : Aujourd’hui, nous sommes le dimanche 12 octobre 2014. Donc, comptez jusqu’à hier… (Alors, ça sert à quoi que le site te tague tes billets ?)

Hier, donc,  j’étais à deux vernissages, l’un de l’expo collective de Yoon-sun Park, Goulven Derrien, Joseph Callioni, Mai-Li Bernard, Pierre Marty et celui de Céline Guichard dans la même rue juste en face (contextualisation), et ce matin (repère temporel au-dessus), j’ai lu Dumb Owl de Joseph Callioni, un recueil de planches post-moderne et surréaliste (retournez voir Krazy Kat), un univers cruel et métaphysique, un horizon vide agrémenté de quelques architectures improbables, de mare provisoirement poissonneuse et autres arbres à têtes…

S’y croisent des personnages hybrides et étêtés, parfois entêtés, qui confrontent leur folie, leur souffrance morale et leur incommunicabilité.  On y trouvera pas la folie jubilatoire d’Herriman, mais un sourire pincé et désespéré, parfois cruel et souvent malin, un peu comme si Cioran avait fait de la BD… Il aurait peut-être dû ?

 

Un moment de lecture philosophiquement agréable et métaphysiquement plaisant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.