Gilles Rochier, une expo, Ta mère la pute, etc.

Je connaissais son nom, et même parfois voyais passer des choses sur Twitter… Et c’est tout. Je n’avais jamais ni vu ni lu de BD de Gilles Rochier. Jusqu’à ce que Sophie Darcq et Matthias Lehmann qui le connaissent « perso » ne me traînent voir la belle exposition « Faut tenir le terrain »  qui était visible pendant le FIBD2018 à l’Espace Franquin, Angoulême, du 25 au 28 janvier 2018.

L’expo :

Je découvre alors un dessin sympathique, honnête et franc, et tellement moins froidement exécuté que celui de l’expo de l’étage en dessous, de Naoki Urasawa, que pourtant, lui, j’ai beaucoup lu ! Le monde est mal fait. Et peut-être que parfois je choisis mal mes lectures ? Enfin, voilà, découverte ; et même, séduit par cette exposition de Gilles Rochier, par la candeur et la beauté simple du dessin, je demande conseil à Matthias qui me suggère de commencer par « TMLP » (ou « ta mère la pute »), « un chouette livre » dit-il. OK, je note et me promets. TMLP est en effet un chouette livre, léger et lourd, drôle et sombre à la fois, simple part d’enfance coincée entre deux HLM, entre nostalgie des choses dérisoires et acidité des drames irrésolus. J’ai ressenti, à la lecture, la même chose qu’à la visite de l’exposition, un humour, un esprit doux-amer, un peu cassé, mais solide quand même.

À la minute où je me décide enfin à poster ce billet en brouillon depuis deux mois, je reçois « En vrac », dernier zine A6 de Gilles Rochier,  avec des yeux collés dessus. Il le vend ici 3 euros port compris :

https://envracavendre.tumblr.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.