Je suis pavé de rose

Sur les bords en équilibre ces petits haut-le-cœurs qui goutent le vide, attendent. Des griffes de métal des herses, rien qui me freine. Vent, l’ivresse du mouvement… de la chute. J’ai aimé glisser. J’ai aimé chuter. J’ai aimé m’y briser. Ha ha ha vieux combattant. Le souvenir des airs glacés, cristallins, de mort odeur de liberté. Avec le monde, sans eux. Des souvenirs de danger sans peur, jeter ce corps dans les pentes, fondre des cimes seul, quand le jour tombe comme la fin. Cette odeur dans le nez, quand l’air s’épaissit du froid, je l’ai encore. Bravoure, mépriser les lâches, sourire des chutes, des tendons trop faibles, des arbres flous qui attendent de te fixer là.

Parmi ce que j’ai aimé, le hors-piste.

Laisser un commentaire