La semaine perpétuelle de Laura Vazquez

Publié le 28 octobre 2021

Sans aucune réserve, mais avec surprise, je me suis fait happer entier par la litanie de Laura Vazquez. Cette semaine perpétuelle, gros pavé souple aux éditions du sous-sol est une non-aventure d’une famille d’aujourd’hui écrite de l’intérieur de tout et n’importe quoi, vue d’à partir de tout et n’importe quoi, en passant par tout et n’importe quoi, formule approximative qui ne rend pas justice à cette salade composée littéraire aussi riche que goûteuse. La langue peut être d’un drôle quand on la malaxe comme ça ! Et ça engrène, ça engrène sans une goûte d’ennuie, sans temps mort, sans baisse de rythme, avec une invention dingue qui tient la longueur ! Miracle ! Je ne sais pas si ce livre est un poème immense ou un premier roman comme annoncé, mais j’y ai pensé à Henri Michaud (couverture), et même à un Burroughs d’aujourd’hui, actualisé, connecté, disrupté (!) par toutes nos intersections digitales d’avec le flux numérique, un Burroughs sans autre drogue qu’une connexion à notre réseau-prothèse, notre réseau-ruche, notre réseau-oracle, un Burroughs qui aurait simplement connu le copier-coller ! C’est toujours un peu con, les comparaisons qui viennent, mais ce livre n’est pas seulement un hub hypertextuel « dans le texte », mais aussi exo, vers tout et n’importe quoi, comme ces n’importe quoi qui nous passent par la tête aujourd’hui qu’on peut répondre à tout encyclopédique du bout du doigt. Et ça fait beaucoup de n’importe quoi pour un si petit billet, mais que voulez-vous, faut lire. Bon, je savais d’avance que j’échouerais à noter correctement toute l’estime que je porte à ce livre inattendu. Et même, avec une pointe de tristesse, je me demande ce qu’un texte comme ça, de cette plasticité, de cette force d’actualité, aurait fait au monde s’il était advenu dans le temps de disette culturelle d’avant, ce temps d’avant l’enflure éditoriale qui noie maintenant tout ce qui sort dans un océan de bruit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 12 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.