Horreur

Ma chère Marie Shelley me rappelle comment j’aimais mes petits écrivains fantastiques de cet étrange et paradoxal XIXe. Je me souviens d’Henri Rivière, que j’adorais pour sa mort, tête plantée sur une longue pique, qui évoquait l’une de ses nouvelles parlant d’un diable coupant et enfournant des têtes sur de longues pelles de boulanger pour les rajeunir, si mes souvenirs ne me trahissent pas. C’est une autre histoire d’horreur, que cet écrivain de nouvelles horrifiques qui décrit la manière dont il est mort. Une histoire qui me faisait frissonner plus que ses nouvelles.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :