Ida & Winnie

Publié le 7 janvier 2021

Effet de la pandémie, je me suis encore retourné vers ma bibliothèque, au hasard parfois et avec bonheur ici, pour Ida de Gertrude Stein qui y dormait depuis des décennies. Ida, ritournelle lancinante et hypnotique, amusante (vraiment drôle) et inquiétante, enfantine et savante, Ida raconte l’insignifiant et élude le romanesque. Ida, jumelle d’elle-même, invente son double Winnie avant de l’occulter, et se déplace, et déménage beaucoup (change d’état / d’État), et croise des gens, beaucoup, et se marie, plusieurs fois, et a des chiens, des tas, et Ida ne regarde jamais par la fenêtre… On n’en saura guère plus, et autant sur les chiens que sur Ida. Écrit à la sortie d’une parenthèse historique d’explorations formelles dans tous les arts, Ida est radicale et annonce des révolutions romanesques à venir. Gertrude, elle, pensait le roman terminé, fini, épuisé, et donc s’y reprend à plusieurs fois pour écrire ce roman-là sans roman, mais avec des mots, des assonances et des situations. Étrange notation, quasi littérature orale, écriture-machine pour écrivaine-machine pour personnage-machine, l’expérience ouvre vers Duras, Sarraute, Becket, etc., mais aussi Jelinek et Handke pensais-je…

Infusion littéraire, en 2021, Winnie & Ida sont deux gentils Cairn Terrier sur Instagram. Gertrude aurai aimé, peut-être.

Gertrude Stein, Ida, Fiction & Cie N° 20 Seuil 1978 avec une parcelle de Cape Cod morning d’Edward Hopper en couverture

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.