Je volerais plus haut encore

« Je dois donner une forme à ce qui me brûle ». Toujours, pour ne pas me consumer.

Je ne pensais pas trouver un tel champ esthétique dans la pratique de mon père. Ceci, cette chose-là lui appartenait. Pour ma part, je n’y voyais rien, plus rien qu’une chose morte, un grand désert stérile. Une Histoire comme il y en a tant.

Je me trompais. Je découvre un champ immense, aussi large que profond, mais aussi dialectique, et par là démultiplié. Un territoire vierge pour moi, dont chaque parcelle reste à explorer.

Une extraordinaire et excitante marge de progression. Un espace ouvert vers le haut, comme le ciel, qui n’accepte qu’ascension…

Abonnez-vous au tableau Alain François photos de Alain sur Pinterest.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :