Libre ?

Pendant que j’écris le brouillon d’un article, le bourdon se réveille. Il s’est reposé, et ragaillardi, tente de nouveau de s’échapper. Sauf qu’il répète, répète encore les mêmes erreurs, enfermé par la limite de ses perceptions, incapable de comprendre à quoi il se heurte. Le voyant glisser sur la vitre, en rond, je m’énerve enfin, et décide d’intervenir. J’attrape un verre à eau large et une enveloppe kraft pleine de photographies, et je pose le verre sur la bête qui me semble encore plus grosse. L’envergure des ailes remplit le verre. Je glisse vite l’enveloppe et il pousse ses pattes, sans résister. J’élève l’ensemble devant la fenêtre ouverte, et il part en parabole à la vitesse de l’éclair, libre.

J’ai donc dû intervenir, puisque cette fenêtre est faite pour moi et qu’elle n’excède pas les limites de ma perception…

Laisser un commentaire