Maryline en toc

Vu le « Maryline », De G. Gallienne… quelle erreur ! Début affligeant, perplexité, et au bout d’un quart d’heure seulement, rire nerveux devant le comique involontaire, devant l’insistance à nous bien faire comprendre qu’il est en train de « filmer » une « gonzesse » (au passage au charisme d’huître et à l’insupportable perruque, même si je suppose qu’un réalisateur juste moyen doit bien pouvoir faire jouer cette actrice, ne nous trompons pas de responsable). Et après le rire déplacé, le malaise qui s’installe et augmente, augmente, jusqu’à l’insoutenable. Son premier film était déjà gênant, dans celui-ci il atteint un sommet qui dépasse même le dernier Claire Denis dans le genre « caméra en empathie avec la connerie ».  Se souvenir de ne plus voir les films de G.

(pourtant, souvenir lointain, ce mec me faisait rire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.