Penser

Cet article est référencé dans : flux

Penser, c’est tenter de savoir. Tu ne penses pas sans passer par la connaissance, par une tentative de connaissance. Voilà pourquoi. Pourquoi quoi ? Pourquoi personne ne pense ça, le moment présent. Pas documenté.

Notre monde ? Parcouru de fantasmes, mais pour quelle connaissance ?

Alors quoi ? Abdiquer devant la déferlante ?

Esquisse. Tenter. Début :

Il y a quelque temps, je consultais une carte, quelque part. je la recherche et la retrouve.

Principaux-flux-petroliers-dans-le-monde-en-2005_large_carte

Elle date un peu, mais je ne pense pas que les choses aient évolué beaucoup. Aujourd’hui, je la regarde en lui demandant de m’expliquer quelque chose. Je voudrais qu’elle me parle, qu’elle m’explique ce que nous vivons.

Je pense qu’il y a des dealers et des drogués, que croire que les drogués ont plus de pouvoir que les dealers est d’une immense connerie. Donc, le pouvoir est à l’origine de ces flux. Qu’il suffit au dealer de fermer un robinet pour qu’à l’autre bout, tout s’arrête ! Et que l’ordre du monde est là, sous mes yeux,  très au-delà des lectures partisanes, des opinions, des éructations des uns et des autres.

Et là, aujourd’hui, en la regardant, je vois, je vois un lieu du monde, un gros drogué, qui pour ne pas être dépendant, à une stratégie, et elle se voit là, cette stratégie : tant qu’à être dépendants, les USA décident de l’être d’un maximum de dealers, en limitant la dépendance à chacun d’entre eux.

Et je vois ? Je vois que l’Europe n’a aucune stratégie. L’Europe est une conne dépendante, qui ne pourra jamais dire non ni au Moyen-Orient, ni à Poutine.

Je vis dans une zone conne, sans stratégie, une zone droguée sous influence. Une zone victime de sa propre addiction au pétrole.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :