Quel monde ?

Est-ce que je pense encore quelque chose du monde ? Il m’arrive de plus en plus souvent d’être devant un phénomène ou une chose et découvrir que je n’en pense rien. Ou plutôt, que je n’en pense plus rien. À d’autres âges de ma vie, j’aurais eu une « opinion ». Mais maintenant “ce que j’en pense » se vide. J’ai pris ça pour un désintérêt, un dédain même. Mais je n’en suis pas sur. Je crois que chaque chose du monde est un complexe de problèmes partiels, tous enchâssés dans des complexes de problèmes supérieurs, et que lorsqu’on a le nez sur quelque chose, toute opinion sur cette chose est vaine. Je me suis rendu compte que par réflexe, je lançais des filaments mentaux très loin de toute chose représentant une problématique, et que ces filaments mentaux ramenaient des informations qui rendaient toute opinion vaine et caduque.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :