Le début, la fin

Publié le 8 mars 2008

Je ne pourrais pas écrire maintenant. À chaque effort de concentration, la tristesse vrille les os de mon crâne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + quatorze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.