Chaste, pour commencer

000satyreDans le blog d’avant, je devais… je devais en faire des choses ! Je devais énumérer les femmes avec lesquelles j’avais couché sans sexe. Vu mon absence d’agressivité sexuelle, c’est arrivé souvent. J’ai un souvenir ému pour chacune d’entre elles. Certaines ont été soulagées, certaines étaient si saoules qu’elles ne s’en souviennent pas,  mais certaines ne me l’on jamais pardonné. Une, nous étions si proches depuis si longtemps, elle était comme ma petite sœur, s’est expatriée la semaine suivante, de rage et de haine remplie. Elle n’est jamais rentrée en France. T’es con, merde ! j’étais saoul, aussi ! Et je n’ai rien contre la douceur. Une vivait dans un squat, et n’avait qu’une si légère couverture que j’ai fait un rempart de mon corps contre le froid toute la nuit. Je n’ai presque pas dormi, chevaleresque, mais putain ce que je me les suis pelés ! J’en ai encore des frissons, 25 ans après ! Ha, oui ! l’intello de ma classe, aux Beaux-Arts ! Je ne voulais pas vraiment, fallait bien dormir… Je n’ai jamais su quelle théorie elle en a tiré. Et l’Italo-anglaise… ou le contraire… qui disait « no baby no baby no baby ». Elle n’avait pas l’air très fine… Je ne saurais jamais, avec la Manche qui nous séparait déjà. Le sujet, là, ce n’est pas le touche pipi. C’est vraiment dormir comme une masse, en général sous les effets combinés des consommations de fête, et se réveiller aussi chaste qu’un nouveau-né. Sinon, c’est juste du présexuel. Non, je sais pas pourquoi ces cas-ci me sont si chaud, et pourquoi j’ai une telle tendresse pour ces filles-là ? Peut-être parce qu’à l’époque, c’était plutôt une honte. Encore que j’ai pas le souvenir d’en avoir ressenti une quelconque. Non. J’étais si concentré, si tête baissée, si obnubilé par des trucs bizarres et plutôt intellectuel que je ne m’en rendais même pas compte, que j’avais l’étrange habitude de laisser les filles dans l’état ou je les avais trouvés.