Les photos de Paul #1 : une passion familiale

Pour débuter mon exploration de la photographie familiale, une première sélection de photos de la fin des années 40 au début des années 70 (presque jamais datées ni annotées) de mon grand-père paternel, Paul François, orphelin, garçon de ferme, bûcheron,  zouave, mineur raté, livreur de lait, croque-mort, plombier, graveur de plaques mortuaires, mélangeur de peinture, vendeur de clefs à molette, réparateur de truc, etc., etc., et amateur de photos (approximativement) carrés bien avant Instagram.

Les photographies de Paul François sont et restent des photographies familiales. Je reviendrais plus tard sur le sujet. Mais on peut déjà noter qu’il est difficile parfois de savoir qui a fait la photo, car c’est une photographie [paradoxalement] “sans auteur”. Ce qui compte ici est de saisir un moment, peu importe que l’appareil soit tenu par le possesseur de l’appareil, par sa femme, un enfant, un ami, ou une branche judicieusement placée… C’est une pratique modeste et privée qui n’a de lien avec un contexte culturel plus large que par une évidente tension esthétique plus ou moins maîtrisée.

Ce corpus de photographies de mon père et ici de mon grand-père, dont j’ai d’une certaine manière «hérité», suscite beaucoup plus de questions qu’autre chose.

Mon grand-père garçon de ferme

Mon grand-père garçon de ferme

Par exemple, je crois que je ne saurais jamais comment un orphelin placé comme garçon de ferme a pu développer une passion pour la photographie au milieu où à la fin de son adolescence ? Comment un enfant hébergé et nourri dans une ferme très rustique a-t-il pu s’adonner (et penser) à une pratique aussi rare et coûteuse ?

(On peut noter aussi qu’il y a déjà des selfies…)

à suivre…

Comment ( 1 )

  1. / Les photos de Paul #2 : une romance | BONOBO
    […] Les photos de Paul #1 : une passion familiale […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :