Un mardi

Je ne lève pas le nez. Le gras du mémoire est écrit. Un travail titanesque. J’ai foncé tête baissée dans un sujet qui brasse une bonne part de la culture humaine. Et j’y vais. Je m’étais dit « limite ta bibliographie, limite, resserre le propos… ». Que dalle, j’ai plongé tête baissée, avec toute la naïveté dont je suis capable. Moralité, une bibliographie monstre. J’y peux à peu près rien… Pour la plupart, ce sont MES LIVRES. Mes livres, juste là, au bout de mon bras… alors au fil des idées, c’est tentant d’aller y voir, dés fois que, et comme tout est dans tout et réciproquement, c’est pas rare de trouver la phrase pertinente qui manque, qui comble, qui fait avancer.

Comme toujours, je sens plus que je sais, et je sens que ça pourrait être incroyablement mieux, mais pas dans ce contexte. Ce qui est « scolaire », j’emplois ce terme volontairement malgré le tatouage « culturel » de toute étude 3e cycle, tient toujours plus du sport que de n’importe quelle autre activité. Oui, du sport, bien plus qu’une activité intellectuelle !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :