photographie

Golo en hivers

Golo en hivers

Encore une dose de pictorialisme pour ce portrait de Golo du 8 décembre 2017

Visite de Sylvain Aquatias

Visite de Sylvain Aquatias

Sylvain Aquatias est un spécialiste des addictions et des conduites à risque… mais j’espère qu’il est surtout passé me voir vendredi après midi pour découvrir mon petit environnement sursaturé d’auteurs de bande dessinée, puisque c’est read more

Alicia Pena dans son atelier

Alicia Pena dans son atelier

Avec Golo (qui parle espagnol) nous sommes passés voir Alicia Pena, jeune artiste espagnole qui travaille sur son premier roman graphique : « Condiciones », dans son atelier de la maison des auteurs, Angoulême

+*0+*
Archives : allégorie (1996)

Archives : allégorie (1996)

Avec Céline Guichard, nous avons eu un travail photographique commun de 1994 à 1996. Ces deux clichés possibles d’une allégorie font partie des dernières photographies argentiques, avant que le numérique entre dans nos vies…

© Céline Guichard et Alain François 1996

Portait :  Sole Otero

Portait : Sole Otero

In extremis, je suis passé voir Sole Otero, jeune designeuse et dessinatrice argentine qui termine sa résidence, et scannérise les planches de son histoire d’amour entre un[e] extraterrestre et un humain… (Quelque read more

Istrati ! genèse d’un livre

Istrati ! genèse d’un livre

Le nouveau livre de Golo, « Istrati ! » (Actes Sud BD), est en librairie. C’est un gros pavé bleu gitane, roman picaresque comme on en fait plus, gorgé de péripéties, grouillant de vie et d’esprit, qui renoue avec une longue tradition du récit de voyage et revivifie le souvenir de Panaït Istrati, éternel vagabond comme les aime tant Golo. Et ces 276 pages d’aventures ne sont que le premier tome de cet immense roman des romans d’Istrati sur lequel Golo travaille depuis 2014. j’ai assisté à la gestation de la chose, à la masse difficile à saisir de labeurs, composés de lectures intégrales, de recherches historiques, iconographiques (et un livre comme ça est bien l’équivalent d’une thèse), d’écritures et de dessins en quantité qui dépasse de beaucoup le résultat final.  Tout ça pour le plaisir du lecteur. Et le plaisir est là, j’ai déjà goûté ! 

Pour avoir assisté à cet immense voyage immobile, je ne peux qu’en témoigner à l’aide de quelques photographies :