Et pourtant, je marche

Des abîmes s’ouvrent derrière moi, à chacun de mes pas. Ça s’appelle le temps, je crois.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :