Reproches

Je me souviens de mon trouble, lorsque j’ai quitté B. Elle m’a abreuvée de reproches… Des reproches qui sortaient tout droit de notre rencontre, du tout début de notre relation, comme si tout le reste, 5 ans quand même, n’avait pas existé. Je ne comprenais pas. Le moi du moment la larguait, et elle engueulait un moi qui n’existait plus. Je ne comprenais pas. Je ne comprenais pas à qui elle s’adressait (une manie chez moi…). Le moi qui venait de la rencontrer, elle, la suivante, n’était plus celui qu’elle avait rencontré, elle, celle d’avant. Mais qui avait-elle rencontré ?

Je ne comprends pas. Même si quelque chose me fait souffrir, je ne nie pas le temps.

Mais qu’est-ce que je comprends ? Pas grand chose. On a toujours le nez collé à ses petites souffrances. Peut-être… non, je ne sais pas. Ce qui est sur, c’est que nous devons refaire connaissance perpétuellement.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :