égotisme

Crémaillère et danse échevelée

Crémaillère et danse échevelée

Je poste cette chronique avec bien du retard… Pas eu le temps de la relire pour corriger certains détails selon les recommandations de Sophie. Avec mon orthographe de dyslexique, j’avais malencontreusement oublié qu’elle était une fille… et confondu « Prisu » et « Monop », mais ça, c’est la conséquence d’une autre déficience… Donc, chronique du 5 juillet 2008 : Continue reading Crémaillère et danse échevelée

Drôle de période

Drôle de période

Encore. Serait-ce une transition ? J’avais déjà réécrit mon CV en 2005, juste avant la dépression. Aujourd’hui, ce CV a bien changé, de manière absolument inattendue. Même s’il dévoile encore un parcours atypique, c’est comme ça qu’on dit, une parabole extravagante, il a maintenant une certaine beauté. Je lis les offres d’emploi de cadre, en ciblant Continue reading Drôle de période

Vendredi

Vendredi

Plusieurs fois, mon employeur me voyant malheureux a tenté de « m’arranger », sans comprendre qu’il ne peut faire autre chose que d’user de moi, et donc, littéralement,« m’user ».

Arriverais-je à

Arriverais-je à

Bien obligé d’accepter ce qui disparaît, comme ce texte, que je commençais enfin… Avant que le logiciel ne disparaisse dans les limbes numériques. Ça arrive jamais. C’est pour ça que c’est traumatisant. On s’y ferait, sinon… Mais voilà, comme une malédiction. Mais tenais-je tant que ça a ce bout de texte ? J’avais enfin commencé à Continue reading Arriverais-je à

Tête

Tête

Lorsque je reviens, Céline a peint une grosse tête de mort dans les chiottes. Je plaisante, la qualifie de « rock », mais non, elle n’est pas si rock que ça. Non. Une tête de mort.

Le monde est sale

Le monde est sale

Je suis sale du monde. Un vent, comme une tempête, s’est levé dans ma tête, un vent plus rapide qu’un ouragan, violent, envahissant tout, remplissant tout, et nettoyant ma vie des scories d’un passé trop encombré. Tout en fut vidé, et ne restait que ta présence, nue, enfin lisible, frêle et palpitante, que je pouvais Continue reading Le monde est sale

Un tout petit rêve

Un tout petit rêve

Cette nuit, j’ai rêvé que je traversais le grand couloir du pouvoir d’une humeur si guillerette que je sifflotais. Alors que d’enthousiasme je siffle un peu fort, je me retourne et découvre à l’autre extrémité, par un effet de zoom onirique, une petite pancarte « silence ». À un autre moment de la nuit, ou peut-être à Continue reading Un tout petit rêve

Texte exhumé

J’ai retrouvé des fragments de texte de 98, ou 99… L’ensemble intitulé « Le refus ou mon sein surnuméraire ». C’est encore une sorte de prototype de ce site même ouvert en 2006. Comme si j’avais passé dix ans d’essais avant de me lancer. J’y retrouve quelques considérations fumeuses, une langue poéteuse qui m’est presque désagréable, et Continue reading Texte exhumé

Reprise

Reprise

J’ai une réticence à lire très avant Pessoa. Je ne peux réprimer un sentiment bizarre, comme une petite réserve, devant cette absolue réussite de l’expression du mélange de duplicité et d’honnêteté d’une conscience. Juste derrière ma tête, une voix aussi intime que timide et même un peu honteuse, se demande ce qu’il me restera à Continue reading Reprise

ORL

ORL

Rendez-vous chez l’ORL de l’hôpital. Je viens de me taper deux salles d’attente, dans deux étages différents absolument labyrinthiques. C’est un « grand ensemble » hospitalier. il ne risque donc pas d’être fermé par les nouvelles politiques. Cette manie gestionnaire provoque une concentration qui accentue tous les problèmes sociaux, et donc contredit de fait la finalité de Continue reading ORL

Une semaine vacante

Voilà, je le sentais venir. Je me suis écroulé cette après-midi, une sieste plombée entrecoupée de rêves étranges. Et maintenant, un semblant de baby blues… Je me suis abruti sur de nouvelles recherches, mais en vain. Rien ne me distrait, je m’énerve de tout, et tout m’insupporte. Je n’arrive pas à intégrer ce qu’il s’est Continue reading Une semaine vacante

Un mardi

Un mardi

Je ne lève pas le nez. Le gras du mémoire est écrit. Un travail titanesque. J’ai foncé tête baissée dans un sujet qui brasse une bonne part de la culture humaine. Et j’y vais. Je m’étais dit « limite ta bibliographie, limite, resserre le propos… ». Que dalle, j’ai plongé tête baissée, avec toute la Continue reading Un mardi

Raison

Raison

Il y a des jours qui ne devraient pas se raconter. Ça vous tombe dessus comme ça, vous n’avez rien vu venir, et les choses s’enchainent vers je sais pas ou. Que l’écran de l’iMac devienne noir, qu’il clignote et affiche une bande de la page que j’étais en train d’écrire répété sur tout l’écran, Continue reading Raison

Crève

Crève

Une grosse crève. Saleté de météo. Saleté de saleté. Il suffit que j’ai besoin de mon cerveau pour ça soit ça que ça attaque !